GALERIES

Fkmg

www.fkmg.fr

- Entretien avec Frédéric Kellalib -

> Qu’est ce qui vous a séduit dans le métier de galeriste ?
Baignant depuis des années dans la production photo au service des marques, sensible à la part créative du photographe, le métier de galeriste nous séduit pour ce qu’il nous permet d’explorer la subjectivité d’un artiste, de défendre, mettre en valeur et en avant les œuvres de jeunes artistes. Il nous permet également de développer et valoriser la part artistique et unique de leur œuvre. Nous l’envisageons ainsi également comme un accompagnement vers leur accomplissement d’artiste.

> Pourquoi est ce important pour vous de défendre des artistes émergents ?
C’est avant tout la rencontre humaine du galeriste et de l’artiste dans laquelle chacun confronte sa sensibilité et sa vérité pour s’accorder sur la volonté de travailler ensemble. En tant que jeune galeriste, il a paru évident et naturel à FKMG de défendre des artistes émergents.
FKMG accompagne ses artistes en les laissant libres de leur création tout en les aidant à définir leur légitimité d’artiste et bien entendu en investissant dans la participation à des foires et des salons d’art contemporain.

> Qu'est-ce qui vous a incité à participer à fotofever paris 2016 ?
C’est la première participation de FKMG à fotofever. Elle s’est décidée pour deux raisons : d’abord le fait que la direction artistique de fotofever ait été séduite par l’un des artistes que la galerie représente, puis pour la part belle que fait fotofever aux jeunes galeristes et artistes émergents.