GALERIES

Courcelles Art Contemporain

www.galeriecourcelles.com

- Entretien avec Véronique Adraï-Mazert - 

> Qu'est-ce qui vous a séduit dans le métier de galeriste ?

L'art est une affaire de passion. Il y a tant d'expressions artistiques à découvrir, tant d'artistes prometteurs et d'œuvres d'art à défendre. Et se mettre à son compte, fut-ce pour réaliser un vieux rêve ou suivre sa vocation, ne s'improvise pas. C'est un choix de vie qui engage totalement.

> Concrètement, de quelle manière accompagnez-vous vos artistes dans leur carrière ?
Une galerie ce n'est pas, comme les gens pensent parfois, un dépôt-vente. Nous sommes les partenaires de nos artistes et c'est comme cela que je m'efforce de travailler. C'est une vraie relation de complicité où l'artiste apporte à la galerie son énergie et sa créativité, un apport stimulant. La galerie apporte un soutien de stabilité, de sécurité, de protection, de conseil aussi. C'est un rôle très particulier et engageant.

> Qu'est-ce qui vous a incité à retourner à fotofever paris 2016 ?
Ce que j'aime par-dessus tout dans fotofever, c'est qu'on ne sait pas ce que l'on va y trouver ni y voir car la foire est incontestablement novatrice dans sa démarche, sa vision de l'art, et dans les propositions artistiques qu'elle défend. Pour ma part, J'ai besoin d'être surprise, de m'interroger à chaque découverte, et c'est bien cela que je trouve à fotofever ! C'est une expérience incroyable à chaque fois. Et puis, l'ambiance est feutrée, chaleureuse, on boit le café, l'on refait le monde quelque part. Un formidable moment hors du temps en somme.