GALERIES

Artistics

www.artistics.com

- Entretien avec Sonia Rameau - 

> Qu'est ce qui vous a séduit dans le métier de galeriste ?

L'excitation de la découverte, la persistance de l'émerveillement devant le travail d'un artiste que l'on voit se développer, mûrir ou prendre de nouvelles directions année après année. Et surtout, le plaisir de faire partager tout cela aux collectionneurs, en les amenant à s'impliquer à leur tour pour soutenir cette démarche. Au final, c'est être au cœur d'une expérience collective qui s'inscrit dans la durée et se nourrit d'attentes, de retrouvailles et d'émotions partagées.

> Pourquoi est-ce important pour vous de défendre des artistes émergents ?
Parce que c'est avec eux que le métier de galeriste prend vraiment un sens ! Un artiste émergent, c'est une voix discrète qui tente de se faire entendre dans un chœur de ténors. Si nous pouvons parvenir à faire entendre cette voix et à lui donner suffisamment d'assurance et de sécurité pour prendre toute son ampleur, alors nous avons la certitude de ne pas travailler en vain.

> Qu'est-ce qui différencie un artiste d'un amateur ?
Son œuvre ! C'est toujours elle qu'il faut interroger. James Joyce a écrit : "Ce qui importe par-dessus tout dans une œuvre d'art, c'est la profondeur vitale de laquelle elle a pu jaillir". C'est l'intensité de cette "profondeur vitale" qui distingue l'artiste de l'amateur, un mélange selon moi d'intuition et de détermination.

> Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant acheter une œuvre pour la première fois ?
Je lui conseillerais de s'imaginer vivre avec cette œuvre, tous les jours, de vieillir avec. Et de se demander s'il/elle pourrait vivre cette proximité sans s'en lasser, sans épuiser son charme, son mystère, sa puissance ou sa beauté.